Le site de Jeu de rôle PC

Majesty 2

Date de publication : 6 novembre 2009

Sorti il y a quelques années déjà, Majesty était un jeu de rôle-stratégie édité par Cyberlore qui vous proposait de devenir monarque d’un royaume médiéval fantastique, dans lequel il vous faut faire prospérer votre royaume, le faire défendre par vos héros auxquels vous pouvez donner des missions. La grande originalité du concept était que le joueur n’a pas le contrôle des héros et n’a aucun moyen de les contrôler directement. C’est en effet par le biais de drapeaux d’exploration et d’attaque auxquels le joueur peut attribuer des récompenses que le joueur peut inciter les héros à accomplir les missions.

Majesty 2 - le palaisMajesty 2, développé par Ino-Co n’est pas vraiment la suite de ce jeu, mais plutôt le même jeu, légèrement repensé et amélioré avec les technologies actuelles.

Dans Majesty 2 vous êtes le monarque, et au début des missions vous êtes en possession de votre château. Il vous appartient alors de contruire des guildes pour pouvoir recruter des héros (Rangers, voleurs, mages, guerriers, …), des bâtiments économiques pour gagner de l’argent et équiper vos héros, et plus loin dans le jeu, des guildes plus avancées, telles que celle des nains et des elfes, des barbares ou encore des temples dédiés à des divinités bénéfiques ou maléfiques. Chaque bâtiment pourra évidemment être amélioré pour donner à vos héros de nouvelles capacités ou équipement. Comme dit, vous ne pourrez pas prendre le contrôle de vos héros directement. Ceux-ci vivront leur vie, se défendront, combattront, s’équiperont et monteront de niveaux sans votre intervention.

Majesty 2 - un voleurFort heureusement, vous avez le moyen d’inciter vos héros à effectuer des actions par le biais de drapeaux auxquels vous attribuez des récompenses. Dans Majesty 1, il n’y avait que les drapeaux d’exploration et de combat, dans Majesty 2, vous aurez droit également aux drapeaux de défense et de peur (éviter l’endroit).

Chaque type d’aventurier ayant son caractère, les voleurs seront les premiers à répondre aux récompenses, mais aussi les plus rapides à fuir devant la difficulté. Les Rangers seront les plus intéressés à répondre aux drapeaux d’exploration, les guerriers aux drapeaux de combats… Bien entendu vos héros seront plus ou moins prompts  à vous obéir, Inutile de croire qu’un guerrier niveau 10 soit intéressé par un combat récompensé par quelques centaines de pièces d’or. De plus, le courage démesuré et la confiance en soi dont il fera preuve risque de lui être fatal. Lorsqu’un héros meurt, celui-ci sera transporté au cimetière, bâti automatiquement dès le premier décès d’un de vos héros. Outre la conséquence indirecte de générer de faire apparaître des morts vivants aggressifs, le cimetière permettra au joueur de ressuciter son aventurier malheureux, mais moyennant un coût particulièrement élevé. C’est alors qu’il faut faire le choix difficile de payer une fortune pour un héro de haut niveau, ou de recruter un nouveau héro de niveau 1, en espérant qu’il combatte et survive suffisemment pour atteindre la puissance nécessaire pour vous être utile.

Majesty 2 - les combatsPar la suite, et c’est une des nouveautés de Majesty 2, il vous sera possible de créer à l’auberge des groupes d’aventuriers aux classes complémentaires, ce qui multipliera l’efficacité des personnages pris individuellements.

Tout celà se complique un peu, puisque tout ce petit monde ne s’accorde pas dans la plus parfaite harmonie. Inutile de vouloir faire cotoyer des nains avec des elfes, ou encore des paladins avec un temple du mal… Il vous faudra faire des choix à certains moments du développement de votre ville, et ces choix vous donneront accès à certaines classes et améliorations, mais exclueront d’autres options, du moins jusqu’à la fin du niveau. La possibilité de changer de développement à chaque mission permet un peu de diversité dans un jeu dont le concept même implique une certaine répétition à chaque niveau de jeu.

Les 16 missions que comporte Majesty 2 sont assez variées, même si le principe reste en général le même. Il s’agira de construire votre ville, de la défendre avec vos héros, puis d’explorer la carte et accomplir la mission donnée. A la fin de chaque mission, vous pourrez « sauvegarder » l’un de vos héros en le nommant Lord, ce qui vous permettra de le recruter dans les missions suivantes, avec son expérience, ses armes et bagages. On notera cependant une mission fort pénible dans laquelle le joueur aura à réussir à amasser suffisemment d’or dans une période limitée dans le temps.

Majesty 2 un barbareAu niveau des améliorations qu’apporte Majesty 2 par rapport au premier opus, c’est un peu mitigé. Au niveau technique, le jeu est indiscutablement plus beau, et Ino-Co a su garder ce qui faisait de Majesty un jeu à la saveur unique. Les voix sont les mêmes, l’humour y est omniprésent et certaines des améliorations sont indiscutables. On apprécie surtout l’Auberge pour former les groupes mais aussi les drapeaux supplémentaires qui permettent une certaine souplesse de gameplay.

Par contre, en voulant trop rajouter, Ino-Co a peut être un tout petit peu oublié la spécificité du jeu. En tant que souverain, vous aurez droit à des sorts pouvant agir directement sur le champ de bataille. Dans Majesty 1, ces sorts n’étaient que quelques améliorations pour vos héros, maintenant nous avons droit à des sorts vraiment utiles, qui changent réellement le cours des batailles. On perd un peu le parfum de ce contrôle totalement indirect de vos héros qui fait la force de Majesty, mais bon, c’est une question de choix de design. Problème nettement plus gênant, les héros du premier opus qui n’hésitaient pas à aller explorer d’eux mêmes, à parcourir le monde à la recherche de trésor ou de combats en fonction de leurs classes ne se comportent plus que comme des villageois, parcourant inlassablement votre village, en attendant que vous placiez un drapeau de récompense. Encore plus grave, une attaque de monstre sur votre ville ne fera pas toujours réagir les guerriers la parcourant, à moins de passer vraiment à proximité de l’attaquant. Vous me direz que les drapeaux de défense ne sont pas faits pour les chiens, mais bon. L’impression qu’il faut intervenir plus et que vos héros sont devenus relativement stupides est nette.

Vous l’aurez compris, vu que mes seules critiques relatives à ce jeu portent sur des détails de gameplay comparativement au premier opus, j’ai adoré le premier Majesty. Avec Majesty 2, le jeu reste fidèle à l’opus original et si les améliorations qu’on pouvait attendre ne sont pas aussi nettes qu’elles auraient pu l’être, ce jeu reste toujours un OVNI vidéoludique. Pour ma part j’ai pris grand plaisir à y jouer, même si sa durée de vie se limite à une trentaine d’heures, et que le mode multijoueur ne me parait pas présenter un intérêt flagrant.

A noter que la version anglaise est excellente, et que la version française est également de très bonne facture, même si certains choix de traduction restent discutables (Ranger = gardes ???).

Graphismes : 3/5

Sons/musiques : 4/5

Interface de combat : 4/5

Scénario: 3/5

Jouabilité/fun : 4/5

Majesty 2 / Ino-Co / 2009

Se connecter
Connexion
Shoutbox
Previous Next
Dernier message : 19/04/14 à 13:39

ElBebop: Ajouté du côté des bons plans le week end EA sur GOG. L'intégrale des Ultima pour une dizaine de dollars... ;)

Sergorn: Ouaip les DLCs sont inclus dans le jeu de base - en fait ils faisaient juste télécharger les voix pour faire croire que y avait un "vrai" DLC.

Toub: J'en suis quasi sûr car les 3 DLCs tiennent sur seulement 33 Mo et le jeu original sur plus de 6 Go. Mais bon, pour 4$ de plus...

Sergorn: Je me demande si la version GoG permet aussi d'activer les "DLC" en modifiant l'ini comme le jeu de base. :p C'tarnaque quand même...

Toub: Pardon, c'est 8$ le jeu de base et 12$ avec les 3 DLCs

Toub: Risen 2 débarque sur GOG, et en promo pendant 2 jours: 12$ au lieu de 30$. Achat terminé...

Identifiez-vous pour poster.




Recherche:
News
© Copyright 1999-2014 Dagon's Lair.