Le site de Jeu de rôle PC

Jade Empire SE

Date de publication : 7 mars 2007

Jade Empire SEAprès la sortie (et le succès) de Neverwinter Nights et de Starwars: Knights of the Old Republic, Bioware s’est tourné, pour leur jeu suivant, vers le marché des consoles. Afin de satisfaire un public souvent plus jeune l’éditeur a, pour son jeu suivant, préféré une action plus soutenue ainsi qu’une jouabilité simplifiée. Ainsi, les possesseurs de console Xbox ont pu profiter dès 2005 d’un jeu de rôle action au scénario et au monde fascinant, puisqu’il s’agit de la Chine médiévale teintée de fantastique, fidèle au folklore et aux légendes de ce Pays. Après une annonce en fanfare comme étant une « exclusivité Xbox uniquement, qui ne sera au grand jamais adapté sur PC », celui-ci fait l’objet d’une sortie PC en édition spéciale, légèrement améliorée par rapport à la version console, avec une interface clavier/souris adaptée.

Au niveau graphique, le jeu propose une vue 3D de votre personnage, et les déplacements se feront au clavier, de manière très similaire aux nombreux jeux offrant cette perspective. Une mini carte en haut à droite de l’écran vous permettant de vous orienter, l’exploration, comme d’ailleurs de nombreux éléments du jeu que je développerai par la suite n’est pas sans rappeler Knights of the Old Republic. Visuellement, le jeu est très réussi… d’après les standards d’il y a 2 ans. C’est beau, les décors sont typés, les dessins sont lumineux, et le sentiment de dépaysement est bien rendu, encore accentué par une musique somptueuse. Il est clair que si le jeu n’atteint pas le niveau technologique des derniers jeux « next-gen », il n’en reste pas moins très agréable à regarder.

Jade Empire SELe scénario vous met dans la peau d’un orphelin, élevé par un grand Maître d’une école d’Arts Martiaux, alors que vous terminez votre apprentissage. Bien entendu l’histoire ne s’arrête pas là et une série d’évènements vous amènera à vous interroger sur votre lignée, sur les évènements qui se déroulent dans l’Empire, et sur votre implication dans ceux-ci. Votre manière de jouer et de répondre aux dialogues déterminera la voie que vous choisirez, que ce soit vers la voie de « la paume ouverte » ou du « poing fermé ». Le premier étant tourné vers l’harmonie et le maintient de chacun à sa place dans la société, le second, bien plus mal perçu, se tourne vers le dépassement et l’accomplissement de l’individu au détriment de l’ordre établi. Au delà des clivages traditionnels de bien et de mal, cette orientation est assez intéressante et votre choix et votre progression vers l’une des voies permettra l’usage de pouvoirs des plus puissants.

Le début du jeu vous proposera de choisir entre quelques personnages pré-tirés, une grosse brute, un personnage moins fort mais plus rapide, et un personnage orienté « magie », les trois déclinés en version homme ou femme, cela fera un total de 6 personnages possibles. Pour ceux qui souhaitent personnaliser son choix, ses options se limiteront à changer leurs caractéristiques de base, ainsi que les techniques de combats possibles. A ce niveau, Bioware a choisi la simplicité. Trois caractéristiques:

- La force vitale, régissant points de vie, et fore d’attaque des arts martiaux
– le « chi », sorte de puissance magique servant également à ses soigner
– la concentration, pour l’usage des armes

Les arts martiaux, influencés par la force vitale, la puissance magique par le Chi, et les armes utilisant la concentration se déclineront en styles de combats,   respectivement offensifs (dégats directs), de support (pas de dégats, mais ralentissent, ou incapacitent vos adversaires), ou encore de maîtrise d’arme.

L’ensemble de ces caractéristiques et compétences disposeront à chaque niveau gagné de points à attribuer en fonction de vos choix. D’autre part, lors de vos voyages, vous pourrez vous faire accompagner par des personnages à recruter, mais vous n’aurez par contre pas accès à la gestion de ceux-ci.

Au niveau de la jouabilité, si le jeu développe certains éléments de jeu de rôle, tels que les dialogues, la voie que vous suivez, un scénario riche et des caractéristiques de personnage, celui-ci est très orienté action. Le jeu est avant tout linéaire, il vous faudra suivre le scénario sans en dévier, et cela impliquera de nombreux combats. Il vous faudra choisir votre style d’attaque par les touches numériques du clavier, matraquer le bouton gauche de la souris pour attaquer rapidement, ou le bouton droit pour attaquer avec puissance, parer avec la barre espace, et effectuer des roulades pour éviter les coups… On est bien en présence d’un jeu d’action-aventure console, légèrement teinté de jeu de rôle. Lorsqu’on rajoute l’absence de gestion d’inventaire (vous ne pouvez porter qu’une arme, que vous abandonnerez si vous en achetez une meilleure), et la répétitivité de l’ensemble au bout d’un certain temps, on ne peut que déplorer la faiblesse au final de la jouabilité de ce titre.

Dans les faits, en l’absence de gestion réelle de votre personnage, une partie de Jade Empire se résume à quoi ? Suivre un scénario, excellent au demeurant, qui vous mènera de combat en combat. Vos seuls choix seront ceux des dialogues, qui déterminera de ce fait la voie loyale ou chaotique que vous suivez, ainsi que les caractéristiques de votre personnage à améliorer lors des changements de niveau.

Au vu de la rareté de titres de ce genre, on ne peut qu’apprécier ce portage somme toute bien réalisé d’un jeu de rôle console. Il est clair qu’au vu de certains titres de la concurrence, on est loin du compte, notamment au niveau de la liberté et de la complexité. Jade Empire est avant tout un jeu alliant une jouabilité simple et très action, avec un excellent scénario sur une toile de fonds dépaysante. Bref, un titre sympathique, à la condition de chercher plus un jeu d’action-aventure Xbox qu’un véritable jeu de rôle PC.

Graphismes et sons : 3/5

Interface de combat : 3/5

Scénario : 4/5

Jouabilité (fun) : 3/5

Jade Empire Special Edition / Bioware / 2007

Se connecter
Connexion
Recherche:
News
Mots-clefs
© Copyright 1999-2014 Dagon's Lair.