Le site de Jeu de rôle PC

Morrowind

Date de publication : 1 janvier 2003

MorrowindMorrowind était un des titres très attendus de l’année 2002. Dans un monde d’heroic fantasy, vous incarnez un prisonnier récemment libéré, et vos errances vous amèneront à travailler en tant qu’agent des services secrets de l’Empereur, avant de vous trouver mêlé à une étrange prophécie. En vue 3D subjective ou vue du dos du personnage, graphiquement et musicalement, ce jeu est une merveille. Je ne citerai que les effets d’eau sur geforce 3, les tempêtes de sable, les effets de lumière et de son dans les donjons, … Le monde est rendu avec un souci du détail extrème. Tous les objets sont représentés et la plupart peuvent être pris en main et cela n’est pas sans rappeler la richesse d’un jeu comme Ultima 7. La richesse et le détail du monde ne va cependant pas jusqu’à l’agenda des personnages, comme dans Gothic ; la plupart restent de jour, comme de nuit aux mêmes endroits, le monde est statique et c’est un peu dommage. J’ai par contre été très impressionné par la grande liberté offerte. Le joueur est libre de son comportement et tout est bon pour parvenir à ses fins, tant qu’on ne se fait pas attraper. De même, il est possible, via les choix de dialogues par liens hypertextes, de travailler pour des guildes ou des maisons rivales de Vvardenfell. Ces quêtes annexes permettront d’avoir accès à certains services de guilde, mais détériorera souvent les relations avec les autres guildes. En rendant assez de services, on pourra même se voir attribuer un manoir. Si l’interface de dialogue est correcte, il n’en est pas de même avec le journal des quêtes, plus ou moins inutilisable puisque assez vague et classé chronologiquement sans autres critères de tri qu’alphabétique. De même le système de combat est assez décevant. Le choix des coups est pénible (à désactiver dans les options !). Bref, de ce coté ce n’est pas vraiment une réussite. L’histoire du jeu est sympathique, quoique statique, sans aucun rebondissements. Les novices du jeu de rôle se trouveront un peu perdus au début, le lien scénaristique étant très léger pendant les premières heures. Pour ce qui est des bugs, c’est avec beaucoup d’appréhension que j’ai installé Morrowind au vu de ses prédécesseurs (Elder Scrolls : Arena et Daggerfall) totalement injouables en raison de leurs bugs. Je n’ai eu pour Morrowind, qu’à déplorer des plantages vers windows de temps à autre. C’est agaçant mais suportable. Je conseille Morrowind à tous ceux à la recherche d’un jeu offrant une grande liberté et une durée de jeu exceptionnelle (500 heures). Cette durée sera encore augmentée par les donjons additionnels des fans, le jeu étant livré avec un éditeur… Bref, Morrowind est une oeuvre d’art monumentale, un jeu tellement ambitieux qu’il était difficile d’arriver à la perfection. Un incontournable.

Graphismes et sons : 5/5

Interface de combat : 1/5

Scénario : 4/5

Jouabilité (fun) : 4/5

Morrowind : TribunalMorrowind: Tribunal / Bethesda / 2002

Si vous n’en avez pas eu assez avec les 500 heures de jeu de Morrowind, vous pouvez également faire l’acquisition et installer le pack d’extension Tribunal. Le disque additionnel vous propose de voir la capitale Mournhold, ses souterrains et d’y vivre quelques aventures. Techniquement, le pack ne rajoute que l’option de tri très utile des quêtes dans le journal. Ce seul ajout le rends pratiquement indispensable. A part ça, quelques nouveaux monstres font leur apparition et les combats sont d’un niveau nettement plus élevé. Il y a également la possibilité d’embaucher un compagnon, …qu’on finit rapidement par virer, celui-ci ayant trop de problèmes pour vous suivre. On regrette également un peu de n’accéder à la ville que par téléportation et de ne pas pouvoir en sortir. Cependant, l’intérêt principal de Tribunal consiste en son histoire, certes assez linéaire mais très intéressante, qui accompagnera le joueur dans un donjon immense, très largement le plus grand du jeu.  Dès l’installation, le joueur se trouve confronté à une guilde d’assassins qui attentent à sa vie, et rapidement l’enquête se dirrige sur Mournhold, où la mort du roi ne semble pas très naturelle… sympa !  Tribunal, s’il n’a rien d’original ou d’exceptionnel par rapport au jeu principal, n’en est pas décevant pour autant et rajoute quelques pierres à un édifice monumental.

Scénario : 5/5
-Haut-

Morrowind: Bloodmoon / Bethesda / 2002

Morrowind : BloodmoonSecond et dernier disque additionnel pour Morrowind, Bloodmoon propose d’explorer les extérieurs des contrées gelées de Frostfell. Du coté innovations, outre l’option de tri des quêtes déjà proposée dans Tribunal, on notera l’évolution de l’île Frostfell en fonction des actions du personnage (construction d’un avant poste), ce qui rend le monde un peu moins statique. L’histoire, non linéaire, est excellente, et le joueur aura, à un moment donné du scénario, la possibilité de devenir un loup garou, ce qui orientera le scénario de l’extension de deux manières possibles (il reste recommandé, par souci de compréhension de l’histoire, de finir le scénario « humain » avant de recharger et d’essayer la version « loup garou »). A noter de superbes vidéos de transitions pour cette dernière. Bref, une extension d’une qualité exceptionnelle, bien meilleure que Tribunal, et s’intégrant parfaitement dans le scénario original.

Morrowind / Bethesda / 2002

Se connecter
Connexion
Recherche:
News
Mots-clefs
© Copyright 1999-2014 Dagon's Lair.